Sur la trace des chimpanzés

Dernière mise à jour : mars 9

Amoureux de la faune africaine et des grands singes, nous avions le projet depuis des années d'aller observer les chimpanzés dans leur biotope, au cœur de la forêt équatoriale, un rêve que nous avons pu réaliser lors de notre dernier voyage en Ouganda. Cela a eu une résonance particulière pour nous, puisque nous sommes passionnés par les origines de l'Homme, l'art préhistorique et ses liens profonds avec la nature et les animaux.


L'Ouganda

Pour présenter rapidement l'Ouganda, nous dirions qu'il fait partie des plus beaux pays d'Afrique. Churchill l'avait surnommée "La perle de l'Afrique". Il a parfois des airs de paradis perdu...

Ouganda - Murchison Falls

Situé sur l'immense continent africain, entouré par la RDC (République démocratique du Congo), le Kenya, le Rwanda, le Soudan et la Tanzanie, l’Ouganda fait partie de ce que l'on appelle l'Afrique des Grands Lacs.

Une grande partie du territoire est couverte d’une épaisse forêt luxuriante et 25% est couvert d’eau grâce au dense réseau hydrographique qu'il abrite. Le sud possède un grand littoral sur le vaste lac Victoria. Sans oublier les montagnes, dont le plus haut sommet s’élève à 5119 mètres d’altitude (pic Margharita).

La capitale du pays, Kampala, compte 4 millions d'habitants.

Il faut savoir également que plus d’un Ougandais sur trois vit sous le seuil de pauvreté.

C'est un pays qui conserve donc pour l'instant quelques forêts primaires préservées mais menacées, nous y reviendrons.

L'Ouganda est le refuge des derniers chimpanzés communs (Pan troglodytes), classés "En Danger" sur la Liste Rouge de l'IUCN.

Nos différentes excursions et observations se sont donc polarisées sur la forêt de Kibale, et surtout sur celle de Budongo, moins connue et ensorcelante.


La Réserve de Budongo

La réserve forestière de Budongo est la plus grande forêt naturelle en Ouganda, avec une superficie totale d’environ 825 km2 dont 430 km2 de forêt continue. Elle est située au nord-ouest du pays, à l'ouest de Masindi, entre 1100 et 1600 m d'altitude, au sommet de la faille Albertine qui fait partie de la vallée du Grand Rift, et se situe aux limites du Parc National de Murchison Falls.


Arrivée forêt de Budongo

C'est une forêt tropicale humide, gérée par la National Forestry Authority (NFA). La Réserve a été officiellement créée en 1932.

Budongo offre une biodiversité extrêmement riche comprenant 24 espèces de petits mammifères, 9 espèces de primates et 280 papillons. Avec 465 espèces de plantes, la réserve est également réputée pour ses acajous séculaires pouvant atteindre 80 mètres ! Environ 360 espèces d'oiseaux sont répertoriées dans la zone totale, y compris le rare Illadopsis de Puval, endémique de la région.

Les quatre principales menaces à la flore et à la faune uniques sont la chasse au piège, la pression humaine (réduction du territoire sauvage), la collecte excessive de produits forestiers et l’abattage illégal.

Le seul hébergement de cette région est un éco-lodge. Il est situé au cœur de la forêt pluviale.


Budongo Ecolodge

Afin de minimiser l'impact sur l'environnement et de préserver la biodiversité et les écosystèmes toute l'électricité est solaire et permet de fournir de l’eau chaude aux douches et dans la cuisine. Les eaux de pluie sont soigneusement collectées et stockées, ce qui suffit à alimenter l’ensemble du lodge en eau. Dans toutes les "cabines" les douches sont limitées et les toilettes à compost. Tous les déchets sont triés et les déchets de cuisine et de jardin sont compostés. Le bruit et l'éclairage sont limités au maximum. Les employés font partie de la population locale et ils sont formés à la préservation de l'environnement. L'achat des produits alimentaires frais se fait auprès des agriculteurs locaux. Les femmes de la région participent à la vente d'articles d'artisanat.


Sur la trace des chimpanzés

Pour aller à la rencontre des chimpanzés, nous avons choisi ce que les guides appellent en anglais l'«habituation». L'avantage de cette approche est que nous sommes inclus dans la démarche scientifique d’accoutumer des groupes de chimpanzés à la présence humaine pour les étudier par l'observation, ce qui consiste à approcher les primates sans les déranger, en suivant leurs déplacements au fil de la journée. La durée de la recherche dépend de la localisation des primates ; elle est donc très variable. Comme les chimpanzés sont à l’état sauvage, il n’est pas garanti à 100% de les voir et on ne peut pas estimer après combien d’heures de marche on pourra les apercevoir. Cette approche permet de rester entre 8 à 12 heures dans la forêt.

La seule zone de la forêt de Budongo accessible aux observations est celle de Kaniyo Pabidi. Entre 600 et 700 chimpanzés peuplent la forêt dans son ensemble, mais seule la communauté de chimpanzés de Kaniyo Pabidi a été accoutumée à la présence de l'homme, dans un but d'étude et de conservation. Cette communauté est composée d'environ 80 individus, divisée en sous-groupes variables selon les alliances.

Le départ se fait aux aurores vêtus de manches longues et de guêtres pour évoluer dans la forêt, avec un guide et un pisteur qui connaissent parfaitement ce territoire bien particulier.

Rapidement c'est l'obscurité. Nos yeux doivent s'habituer à la pénombre de la forêt. La végétation est anarchique et exponentielle, les arbres gigantesques. Les lianes et les insectes grouillent.


On entend au loin les cris perçants des chimpanzés qui résonnent sur des kilomètres, emplissent et dominent toute la forêt.



Nous nous battons avec la végétation luxuriante, les feuilles nous fouettent le visage, mais nous accélérons le pas car nous sommes impatients de les voir. Un sentiment d'appréhension nous envahit : vont-ils supporter notre présence ? Quelle sera leur réaction ? Soudain les cris retentissent à nouveau, tout près. Frissons. Ils communiquent entre eux ! Ce n'est pas de la peur mais un sentiment étrange, difficile de mettre des mots sur ces sensations. Nous nous sentons tous petits, écrasés par la puissance des cris, et surtout... fragiles et inadaptés !

Notre excitation est à son comble lorsque nous les apercevons pour la première fois. Le pisteur nous fait signe d'arrêter, nous demande de nous déplacer doucement et lève le doigt vers les arbres pour nous montrer notre premier chimpanzé à travers branches et feuilles. Ils sont là !



Nous en apercevons un deuxième, puis un troisième, c'est toute une famille dispersée dans un figuier géant en pleine séance de repas. Les larmes nous montent aux yeux. Un sentiment de joie profonde nous envahit ! Quelle chance aussi d'être là, parmi eux... Ce sont des instants extrêmement privilégiés.