“L’Inde et sa relation avec le Tigre"

Dernière mise à jour : févr. 9

Julien BOULE est photographe nature, membre de Troisième Planète


CHAPITRE III


Nous avons parlé dans les deux chapitres précédents de l’animal mais qu’en est-il de sa place dans la société indienne ?


Le tigre a beau être l’animal national de l’Inde, sa relation avec l'homme est parfois complexe et ce à de multiples niveaux. Il représente encore aujourd’hui pour bon nombre d’Indiens amoureux de Nature le summum de la beauté et de la puissance. Si le citadin lui voue sans doute une relative indifférence, pour d’autres dans les campagnes, il représente un danger de vivre au quotidien avec un tel prédateur, pour soit, sa famille ou son bétail.

On ne réalise pas qu’au début du 19e siècle, l’Inde comptait 10 0000 tigres (il est encore plus improbable de se dire qu’il y avait aussi des guépards sur le sous-continent à cette époque). L’animal était ainsi très répandu dans toute l’Asie du sud-est.


Dans de telles proportions, l’animal fut énormément chassé sous l’Empire britannique mais aussi par les Maharajahs locaux.


Aujourd’hui le message communément véhiculé par les médias c’est que le tigre est en grand danger, principalement victime de braconnage. Il est vrai qu’avec la proche présence du voisin chinois, l’influence de la médecine traditionnelle friande de diverses parties de l’animal (sans effet scientifiquement prouvé) ne joue pas en sa faveur. Les populations ont touché un plus bas très inquiétant dans les années 2007/8 mais remontent graduellement depuis ce temps et un recensement en 2018 a montré qu’il y avait environ 3 000 tigres en Inde (4 000/4 500 au niveau mondial).


En effet, malgré une centaine d’animaux braconnés en Inde ces dernières années, les populations remontent, c’est une bonne nouvelle !

Mis à part un déclin lié à la chasse sous l’Empire, ce n’est donc pas du fait du braconnage que les populations de tigres ont énormément chuté. La raison principale est tout simplement la réduction drastique de son habitat (93% pour être précis) depuis l’explosion démographique qui a frappé le pays en 200 ans.



Alors qu’il est aujourd’hui plutôt bien protégé dans les parcs nationaux, son essor est principalement freiné par la petitesse de son territoire et de fait la limitation des proies disponibles. Car le tigre n’est pas un animal capable de s’adapter comme le léopard plus petit, plus furtif et capable de manger un rat comme une grosse antilope. Le tigre est un chasseur de grandes proies. Quand ces proies sont en grand nombre, il prospère et sa capacité à une reproduction rapide lui permet de régénérer ses populations assez rapidement.


Le tigre devient donc un problème quand il ne trouve plus assez de grandes proies sur son territoire ou qu’il est forcé de le quitter (jeune tigre, tigre vieillissant et renversé par un tigre dans la force de l’âge).

Il doit sortir des parcs nationaux et rencontrera inéluctablement le bétail et les êtres humains avec des accidents parfois fatals mais pas si fréquemment que cela (plus de morts sont imputables à des éléphants). Dans les Sundarbans, la mangrove étant pauvre, les grandes proies manquent et les tigres sont connus pour s’attaquer aux hommes. La légende du mangeur d’hommes est une réalité pour ceux qui osent s’aventurer inconsidérément là-bas.


Pourquoi se battre pour le tigre et comment le protéger ?


Le tigre est une espèce iconique de la conservation aujourd’hui. Il est juste difficile d’imaginer qu’un aussi bel animal disparaisse à l’état sauvage. S’il disparait son habitat disparaitra et quelque part une activité économique touristique autour de lui laissera sa place à l’industrie minière ou au développement de l’agriculture. Toutes les autres espèces forestières seront amenées de fait à disparaître également. Ce serait une perte capitale !

© Julien Boulé
Le projet tigre initié dans les années 70 par Indira Gandhi, a permis de sanctuariser certains espaces et même les promoteurs les plus avides ont du mal à s’attaquer à ces “monuments de Nature”.

Même si les populations sont encore basses, le déclin est stoppé et ce au niveau Mondial. Des solutions seraient d’agrandir certains parcs et d’ajouter de longs corridors entre certains. Mais ces projets sont peu populaires dans les campagnes car ils sont susceptibles de provoquer des déplacements de population comme cela a été fait dans d’autres parcs. La menace plus sournoise pour le tigre c’est que son territoire étant très morcelé, le brassage génétique est moindre entre individus (consanguinité) ce qui fait peser des risques à moyen termes liés à des maladies diverses. La réalisation de “corridor” entre certains parcs permettrait de lutter contre cet appauvrissement. Comme a d’autres endroits, il faudra reconstituer des forêts et « ré-ensauvager ». L’Inde a cruellement besoin de forêts en plus pour tempérer un climat qui devient insoutenable l’été (50°C à certains endroits) avec un stress hydrique phénoménal à l’échelle du pays.


Malgré tous ces challenges encore devant elle, l’Inde donne une belle leçon de conservation de par sa volonté d’améliorer la situation, mais cela ne se fera pas sans heurt à l’évidence.


Que faire à titre individuel ?

C’est une question très difficile car le problème est de l'ordre des politiques nationales des pays concernés en Asie et pas directement lié à des comportements humains globalisés sur la planète.


Il faut essayer de soutenir des associations qui se battent pour la protection du tigre sur deux plans :

• la protection directe de l’animal

• la meilleure connaissance des problèmes environnementaux de sorte à promouvoir la jeunesse au rang d’ambassadeur du tigre et de sa forêt.


En 2021, Troisième Planète vous proposera un programme pour contribuer à la conservation du tigre à Bandhavgarh visant à :

• Améliorer les conditions d’études des enfants dans la région

• Fournir des pompes solaires utilisables dans le parc pour améliorer les conditions des animaux l’été quand le stress hydrique devient fort

• Fournir des couvertures à des habitants pour éviter la collecte excessive de bois dans le parc

• Montrer le tigre et sa forêt en vrai aux enfants

• Contribuer à la progression en anglais de jeunes adultes pour leur permettre d’accéder à de bons emplois dans le secteur du tourisme animalier


Vous pouvez aussi contribuer à l’association française « Planète tigre » : https://www.planète-tigre.org/


Lire le 1er volet de “L’inde et sa relation avec le Tigre” par Julien BOULE

Lire le 2e volet de “L’inde et sa relation avec le Tigre” par Julien BOULE

Textes et photos Julien Boulé

Suivez le sur Instagram

538 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout