Hier encore, je gambadais librement

Mis à jour : mai 19



"Hier encore je gambadais libre, devant notre terrier, en attendant impatiemment maman qui chassait les campagnols pour notre diner.

Nous jouions à cache cache avec toute la fratrie sous les dernières lueurs du jour, la rosé pointait son nez, j’aime m’y rouler pour me laver.

Dans la joie et la bonne humeur, je me chamaillais avec mon frère sous les yeux amusés de mes 2 soeurs, J’apprenais à chasser pour assurer mon avenir dont tu as décidé de me priver.


Je n’aurais jamais imaginé vivre mes dernières heures ce matin.


ourtant je me souviens d’une fois ou le regard de maman s’était soudain assombri à la vue de grands animaux au loin qui se tenaient debout sur leurs pattes arrière, elle nous avait fait tous rentrer au terrier en catastrophe, nous faisant jurer de ne jamais nous en approcher. Je n’aurais jamais imaginé que vous viendriez à notre encontre….


Aujourd’hui, vous êtes là…devant chez moi…vous êtes arrivé avec vos grosses machines bruyantes qui vous permettent de vous déplacer, ainsi que vos chiens et votre attirail.

Maman est rentrée précipitamment au terrier, apeurée, elle n’avait rien à manger pour nous ce jour là, j’ai compris que quelque chose de grave était en train de se passer.


Tout s'est accéléré !


Je suis là, terré, blotti contre le flanc de ma mère avec mes frères, mes soeurs, j’entends vos rires, vos hurlements, le bruit assourdissant de vos pelles, de vos pioches qui détruisent ma maison, les aboiements de vos chiens.

J’entends le coeur de maman battre si fort qu’il couvre les bruits extérieurs. Je vois la peur dans nos yeux et j’imagine la haine dans les vôtres.

Maman tente de nous défendre comme elle peut, elle se fait mordre par les chiens qui pénètrent chez nous, Ils ne sont plus qu’a quelques centimètres…les morsures blessent au sang maman, elle crie de douleurs, je regarde mes frères et soeurs impuissant, tous plus apeurés les uns que les autres.

Dites-moi que c’est un cauchemar ! je voudrais me réveiller…retourner dans mon champ jouer avec ma famille… dites moi que c’est un cauchemar s’il vous plait….


Maman tenaillée entre les chiens qui l’attaquent de tout coté, saigne de plus en plus, elle s’essoufle, à bout de force après de longues minute d’un combat perdu d’avance, elle me regarde comme pour me dire au revoir

Soudain de grandes pinces métalliques lui saisisse une patte, elle crie, tente de résister mais elle est tiré hors de ma vue. Mes frères et soeurs se blottissent contre moi. C’est la dernière fois que nous verrons maman.

J’entends vos cris, j’entends vos rires, j’entends les hurlements de ma mère puis son dernier souffle.

Puis plus rien, un silence assourdissant le calme avant la tempête...


Alors je ferme les yeux.


Si les yeux sont les miroirs de l'âme alors regarde moi et ose me dire que je suis Le nuisible ?


Aujourd’hui, en ce mois de juin, je vais mourir".


( Cette fiction anthropomorphique est malheureusement une réalité pour des milliers de renardeaux chaque année)

Texte et Photo Adrien Favre, Photographe Troisième Planète

Suivez le sur Facebook !

Suivez le sur Instagram !

SIGNEZ LA PETITION pour retirer le renard de la liste des "espèces susceptibles d’occasionner des dégâts" (ex-nuisibles).


Chaque année ce sont plus de 600 000 renards qui sont tués en France. La durée de vie moyenne d’un renard est de moins de 3 ans. Plus de 80 % des renardeaux n’atteignent pas l’âge de 1 an.

Pendant ce temps les agriculteurs déversent dans les champs, des produits chimiques qui nous donnent des cancers afin de lutter contre l’invasion des rongeurs.

Un renard consomme plus de 5000 rongeurs par an, il est un allié de l’agriculture biologique.

En savoir + avec l'ASPAS


Pendant ce temps la maladie de lyme est en train de devenir un problème de santé publique, les autorités françaises reconnaissent chaque année autour de 30 000 nouveaux cas chaque année.

Une étude scientifique menée aux pays bas établit un lien extrêmement bénéfique entre l'activité des prédateurs de rongeurs et la densité de nymphes de tiques vectrices d'infections.

Source Science et Avenir


Comme toujours, la nature est bien faite et perturber son équilibre a des effets néfastes, notamment sur la santé.

Un poulailler bien protégés ne subira aucune prédation

Le Luxembourg a interdit la chasse au renard depuis 3 ans, il n’y a eu AUCUNE explosion de population ni AUCUNE explosion sanitaire lié à des maladies qui serait transmises par les renards.

La France est l'un des derniers pays d’Europe à pratiquer le « déterrage »


Dites STOP, partagez et signez la pétition de ASPAS - Association pour la protection des animaux sauvages, One Voice et Anymal


SIGNER LA PETITION

S'INFORMER

Le blog

L'actu

Suivez-nous !