Et nous, que sommes nous ?


Crédit © : Adrien Favre

A l’heure où l’humanité tousse, ou la moitié de la population mondiale est confinée, la nature elle, reprend enfin son souffle...Du moins c‘est ce que je croyais...


3 loups ont étés abattus en France dans la drome dont une femelle gestante la semaine dernière.

Ils ont été tués par des louvetiers qui intervenaient dans la cadre de tirs de défense renforcés, mesure préfectorale qui intervient dans le cadre de la politique horrible contre le prédateur en vigueur dans notre pays...le fameux “plan loup“...


Alors qu’il est maintenant avéré que la destruction de la nature est une des causes de ces pandémies qui touchent de plus en plus notre espèce, en France nous continuons sur la même voie indigne en détruisant une espèce protégée, indispensable à la santé de nos écosystèmes... Une espèce disparu en 1930 en France et revenu naturellement par le parc du Mercantour en provenance d’Italie en 1992...Une petite victoire pour la nature, une revanche sur la folie humaine.


Il y aurait officiellement environ 560 loups en France dans un pays d’élevage qui compte plus de 7 millions de moutons, dans un pays où vivent 65 millions de français ... voila l’équation ... Voilà notre tolérance !

Où est l’équilibre ? Où est le “juste“ milieu ? Si un temps soit peu, ose-t-on encore parler de justice sur une planète où l‘homme domine toute forme de vie ...

Protéger les intérêts humains... encore et toujours quel qu‘en soit le prix ... le prix d‘une vie.


Et si on protégeait la nature ? C’est la seule minuscule facette de notre planète que nous n‘avons pas encore asservi... Il reste ces animaux libres et sauvages...ils sont les témoins d‘un ancien temps, celui des grands espaces, celui d‘un monde sans empreinte humaine, sans tache, un monde équilibré.

Quelle place reste t‘il à ce monde “sauvage“? Qui sont les vrais sauvages ? Ne serait il pas temps de revoir nos modèles économiques ? C‘est bien le consommateur par ses choix alimentaires notamment qui participe aussi à cette tragédie.

Et si un jour les loups n‘hurlaient plus dans les montagnes française ? Si le son de nos voix n’étaient que le seule écho de nos solitudes. L’écho d‘une nature morte sans vie.

« L’homme est un loup pour l’homme » disait Hobbes , mais nous, je me demande parfois ce que nous sommes pour eux…

Texte et photo : Adrien Favre. Photographe Troisième Planète

Suivez le sur Facebook !

Suivez-le sur Instagram !

S'INFORMER

Le blog

L'actu

Suivez-nous !